Techniques

Quand l’appli caméra native fait mieux que Filmic Pro

La plupart des professionnels n’utilisent plus que Filmic Pro pour réaliser leurs vidéos. Pourtant, l’appli caméra native de l’iPhone s’est enrichie de fonctions au fil du temps qui la rendent de plus en plus pratique. Je l’utilise aujourd’hui dans mes tournages… quand elle fait mieux que Filmic !

Si j’utilise Filmic Pro, ce n’est pas parce que j’ai besoin de filmer en mode Flat ou LogV2 pour étalonner les rushes au montage : je n’ai pas franchement le temps pour ça. J’utilise Filmic quand je dois produire des sonores (interviews, témoignages…) et que je tiens pour cela à contrôler le son pendant la prise : visuellement grâce au Vu-mètre de Filmic Pro et surtout avec des écouteurs grâce à la fonction de “monitoring audio”. Mais quand je n’ai que des plans d’illustration à filmer, je me contente de l’application native d’iOS depuis quelques mois.

Réglages PAL activés

Depuis iOS 14.3, la caméra de l’iPhone est enfin en mesure de filmer en 25 fps avec les réglages PAL. Ceci pour se caler sur la fréquence du courant électrique européen et éviter le flickering qui incitait naturellement les pros à n’utiliser que Filmic. De fait, je ne crains plus aujourd’hui de mélanger des vidéos filmées avec l’appli native -puisque je les filme dorénavant en 25 fps plutôt qu’en 30 ou 60 fps auparavant- avec celles que je tourne à 25 ou 50 fps dans Filmic Pro. Concrètement, j’utilise toujours Filmic Pro

  • pour filmer mes sonores (interviews, témoignages…) dont je peux contrôler le son pendant l’enregistrement grâce au monitoring audio,
  • quand je réalise mes vidéos pour videonlibe.info avec Filmic Remote qui me permet de télécommander l’appli depuis un second iPhone.

Mais quand je travaille “à l’arrache” -dans l’urgence, c’est souvent le cas malheureusement-, je tourne mes illustrations avec l’appli native, calée par défaut à 25 fps sur mes iPhones. Cela est malheureusement impossible côté Android, où à ma connaissance, aucune application native ne propose le tournage en 25 fps. Mais je peux me tromper…

Les avantages de l’appli native sur Filmic Pro

    Mais ce qui me pousse aussi vers l’Appareil Photo d’iOS, c’est qu’il arrive à faire mieux que Filmic Pro sur une certain nombre de points.

      1. Le changement de focale. Depuis quelques mois, Filmic Pro arbore une icône supplémentaire, à droite du time-code, pour sélectionner la caméra parmi celles disponibles selon les modèles : caméra arrière et selfie au minimum, téléobjectif en plus sur les 8 Plus, X et XS, ultra-grand sur les 11, 12 et 13, ultra grand-angle et téléobjectif en plus sur les 11, 12 ou 13 Pro. Super ! Sauf que le choix de la focale se fait avant d’appuyer sur le bouton Record ! Une fois l’enregistrement en cours, impossible de changer d’objectif. Alors que dans l’Appareil Photo de l’iPhone, cette fonctionnalité existe aussi via des boutons 0,5 x, 1x et 2x sur les iPhone Pro, où l est possible de changer de focale pendant l’enregistrement. L’intérêt ? C’est de permettre les tournages « en séquence », appréciés dans les reportages en immersion, où l’on filme deux ou trois minutes une scène et les échanges verbaux des protagonistes. Durant ces tournages en séquence, il est souvent utile de changer de focale sans stopper la prise pour ne rien perdre du son et des échanges oraux.
      2. Le verrouillage. Vous savez verrouiller Auto Exposition (AE) et Auto Focus (AF) en laissant votre doigt appuyé durant deux secondes sur un point de l’image. Mais si vous disposez de plusieurs objectifs (sur un iPhone 11 Pro ou 12 Pro par exemple) avez-vous remarqué que ce verrouillage restait actif quand vous changez de focale ? Passez du 1x (standard) au 2x (téléobjectif) ou au 0,5x (grand angle), vous constaterez qu’une fois verrouillées, mise au point et expo ne bougent pas lorsqu’on change d’objectif. Alors que sur Filmic Pro, changer de focale oblige à refaire le réglage de la netteté et de l’exposition.
      3. Le travelling contrarié. Connaissez-vous l’effet “Vertigo” consacré par Alfred Hitchcock dans le film du même nom ? Il consiste à s’approcher d’un personnage tout en dézoomant, ou à l’inverse à s’éloigner d’un sujet tout en zoomant. Bref à contrarier le travelling par un travelling optique (zoom) inverse. La taille du sujet ne change pas, mais l’arrière plan semble se déformer, d’où la sensation de vertige ! Cet effet de style se réalise assez facilement avec l’application caméra native d’iOS (on le voit dans “La Chaussette” le film de promo d’Apple tourné à l’iPhone, durant deux secondes de 0:22 à 0:24 s). Pour le réaliser, il faut révéler la roue de zoom en restant appuyé sur une des valeurs de grossissement/focale. Puis, avec le pouce, de zoomer doucement entre le x0,5 et le x1 en se reculant ou de dézoomer tout en s’approchant. Démonstration de 0:37 à 0:51 dans ce making of.
      4. La vidéo macro. C’est une des possibilités supplémentaires des iPhones 13 Pro -dont j’avais aussi profité en testant l’Oppo Find X3 Pro-. Le mode macro ne fonctionne que dans l’appli caméra native, en x1 mais aussi en x3 avec moins de finesse. En présence de lumière, approchez l’objectif d’un détail, l’appareil passe en mode macro pour révéler l’infiniment petit.

      Où Filmic fait toujours mieux

      Je ne vais pas refaire ici un panégyrique de Filmic Pro et passer en revue l’ensemble de ses supériorités sur la l’Appareil Photo. Mais rappeler quand même que cette caméra pro permet notamment :

      • le rattrapage d’exposition en mode manuel, en actionnant l’arc d’exposition sur le côté gauche de l’écran, pendant l’enregistrement, alors que l’appli native ne permet pas de compenser l’expo quand elle enregistre ;
      • le transfert de point automatisé, en mémorisant deux valeurs de focus et en choisissant la vitesse de passage de l’un à l’autre. C’est fastidieux, mais très efficace pour un beau flou/net sur pied.
      • la réduction du bruit en basse lumière en bloquant les ISO en dessous de 100. Mais ça ne permet toujours pas de filmer parfaitement dans la pénombre. Pour cela, il vaut toujours mieux le grand capteur d’un appareil photo ou d’une caméra.
      • le choix d’autres cadences d’enregistrement à commencer par le 50 ips que ne propose malheureusement pas l’appli native.
      • l’encodage en 100 Mbps et l’enregistrement en 10 bits ProRes sur les iPhone 13 Pro, des fonctions réservées aux professionnels qui échappent évidemment à l’appli native.
Laurent Clause

Laurent Clause

Journaliste par vocation, spécialiste des nouvelles technologies depuis la fin des années 80, je suis devenu réalisateur d'images et formateur, formateur à la vidéo sur smartphone en particulier. J'ai enseigné le MoJo à l'Ecole de Journalisme de Sciences-Po Paris et interviens avec ma société Milledix notamment à Gobelins l'Ecole de l'Image, pour Samsa, le groupe CapCom ou aux Antilles et à la Réunion pour Inzy-Learning . J'enseigne l'écriture audiovisuelle, le montage avec FCP X ou Adobe Premiere Pro, et bien sûr la vidéo-mobile, le MoJo (mobile journalism), le tournage avec Filmic Pro, Open Camera ou autres et le montage notamment avec Adobe Rush, VN Kinemaster et LumaFusion.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.