Techniques

Comment avoir un beau flou en arrière plan

C’est souvent ce qu’on reproche aux smartphones comparés aux DSLR et aux caméras : l’absence de flou en arrière plan. Il est pourtant tout à fait possible d’en obtenir…

Vous aimez ces belles interviews où le témoin est net à l’image et l’arrière plan un peu flou, voire beaucoup. Si les caméras et DSLR y arrivent c’est parce qu’ils disposent d’un zoom optique : une lentille  qui se déplace dans un cylindre et qui floute l’arrière plan à mesure qu’elle s’éloigne du capteur. Pour faire la même chose avec un smartphone, pas question d’utiliser son zoom numérique : celui-ci n’est rien d’autre qu’un grossissement artificiel de l’image : il ne fait qu’accentuer les imperfections de l’image sans générer le moindre flou. Pour en obtenir avec un smartphone,  il y a plusieurs conditions, simples, à remplir.

L’arrière plan

La première concerne l’arrière plan : il faut qu’il y en ait un ! En plaçant le sujet devant un mur uni, vous  n’aurez jamais de flou derrière. Même s’il y a une tapisserie ou une affiche sur le mur, ce ne sera pas forcément le cas. Pour qu’il y ait du flou en arrière plan il faut :

  1. de la distance derrière la personne ou l’objet que l’on filme (2 mètres est un petit minimum, plus la distance visible derrière est importante plus le flou est important)
  2. et un semblant de décor (meubles, foule, nature) en arrière plan.

La distance du sujet

Faites maintenant l’essai suivant (que je fais systématiquement réaliser aux débutants en formations) : tenez le smartphone en le posant sur sa tranche sur une table, et approchez son objectif entre 5 et 10 centimètres d’un objet (un verre, une bouteille…) sur lequel vous faites la mise au point… Alors ? Vous obtenez un magnifique flou derrière ! Moralité : plus on est proche du sujet, plus on obtient de flou en arrière plan.

Seulement voilà : ce principe ne s’applique malheureusement qu’aux natures mortes. Mais pas aux visages ! Si vous placez un smartphone à une très courte distance d’une personne (moins de 30 cm),  et sans même parler du fait que vous allez l’effrayer, vous allez immanquablement déformer son faciès -la faute à l’optique grand-angle de l’appareil-. Et pire, en faire ressortir toutes imperfections.

L’avantage du téléobjectif

58mm Moment

Avec un smartphone, il vaut donc mieux rester à distance d’un visage, un mètre au minimum. Aec l’objectif standard (grand-angle) du smartphone, vous obtenez alors très peu de flou en arrière plan à cette distance. Pour y parvenir, l’idéal serait de s’approcher « virtuellement » du sujet, ou plutôt « optiquement », comme on le fait avec un vrai zoom sur une caméra ou un DSLR.

Sandmarc tele

Et bien c’est possible ! Avec un téléobjectif additionnel, une lentille 58 mm de qualité comme celle de Moment ou celle de Sandmarc que j’avais testée il y a plusieurs mois. Montée devant l’objectif standard des smartphones compatibles (ceux d’Apple, Google, Samsung et OnePlus pour Moment, les iPhones exclusivement pour Sandmarc) vous obtenez un beau 50 mm pour réaliser des plans un peu serrés avec davantage de flou derrière, si la distance de décor est suffisante bien entendu…

Je vous offre ma recette…

Mais le mieux -ce que je fais souvent en interview- c’est de monter ce téléobjectif additionnel devant l’objectif « télé » de mes iPhones ! Les iPhones 7 Plus, 8 Plus, X, XS, 11 et 11 Pro ont en effet au minimum deux optiques. Dont un 50 mm (un peu pompeusement appelé « téléobjectif »). Avec les coques livrées respectivement par Moment et Sandmarc pour installer leurs optiques sur les smartphones concernés, il est possible de visser la lentille devant le 50 mm, et pas seulement devant l’optique grand-angle standard. Du coup, on obtient l’équivalent d’un 100 mm. En perdant un tout petit peu en piqué (la finesse du détail) mais en générant un vrai beau flou derrière un sujet situé entre 1m50 et 3m de l’objectif. Et une amorce (floue également) en bonus avec ce qui se trouve entre 5 cm et 1 m de l’objectif, devant le sujet donc.

Combien ça coûte

Evidemment cela à un coût : une centaine de $ environ… car ces optiques ne sont vendues qu’en ligne !
Mais n’espérez pas reproduire ce flou avec les téléobjectifs « universels » bon marché à pincer ou à visser sur des grips universels : vous serez forcément déçus !

Laurent Clause

Laurent Clause

Journaliste par vocation, spécialiste des nouvelles technologies depuis la fin des années 80, je suis devenu réalisateur d'images et formateur, formateur vidéo smartphone en particulier. J'interviens avec ma société Milledix ainsi notamment qu'à Gobelins l'Ecole de l'Image, Sciences Po Paris et pour le groupe CapCom. J'enseigne l'écriture audiovisuelle, le montage avec FCP X ou Adobe Premiere Pro, et je forme à la vidéo-mobile, au MoJo (mobile journalism), au tournage avec Filmic Pro, Open Camera ou autres et au montage notamment avec LumaFusion, Adobe Rush et Kinemaster.

3 Comments

  • Naima dit :

    Bonjour Laurent,
    Ton site est absolument genial, un grand merci a toi pour le partage de connaissances.
    Une question: ces téléobjectifs sont-ils compatibles avec un dreamgrip evolution pro?
    Cordialement,
    NB

    • Merci pour les compliments.
      Le grip Evolution Pro de Dreamgrip accepte des lentilles additionnelles dotées d’un pas de vis de 17mm. Cela correspond à la monture de nombreuses lentilles « universelles », notamment celles fabriquées par Dreamgrip de la gamme Visio Pro. Il s’agit de lentilles plutôt bon marché qui sont malheureusement loin d’offrir la même qualité de fabrication et le même rendu que les lentilles de Moment ou Sandmarc. Les belles lentilles dont je parle dans cette vidéo ne s’adaptent hélas pas sur le grip Evolution Pro mais seulement sur la coque spécifique fournie par chaque chaque fabricant pour ses optiques.

      • Naima dit :

        Merci pour la réponse. C’est un peu dommage mais ca me tente quand meme d’investir dans une de ces lentilles…

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.