Applications

Adobe Rush : montez sur iPhone, Android, Mac ou PC

Adobe prépare une solution de montage simple qui sera disponible sur iPhone, Android, Mac OS X, Windows, et même sur les Chromebook. Cerise sur le gâteau, les pro pourront finaliser leur montage sur Adobe Premiere Pro. Un nouveau tournant pour la vidéo mobile ?

La référence côté montage sur smartphone aujourd’hui, c’est LumaFusion (19€), pour iOS seulement. Un cran en dessous, il y a Kinemaster, pour Android et pour iOS (50€/an). Mais dès qu’on cherche une solution pour commencer sur smartphone et poursuivre ou finaliser le montage sur ordinateur, l’étau se resserre autour de l’univers tout Apple avec deux solutions. La première c’est iMovie : le logiciel de montage de Mac OS X est en effet capable d’importer les projets créés sur la version iOS de l’appli du même nom pour les enrichir, Parce que, rappelons-le, l’appli iMovie a le mérite d’être simplissime, mais l’inconvénient d’être sérieusement limitée et d’avoir très peu évolué depuis son apparition en 2011. La seconde solution concerne les pro : les montages créés dans l’appli City Pro (200 €/an) peuvent être exportés au format de Final Cut Pro X, le logiciel de montage pro d’Apple. Voilà le petit tableau du montage « cross-plateform » à l’heure actuelle.

L’annonce d’Adobe il y a quelques jours de ce « projet Rush » ressemble à une bénédiction pour tous ceux qui ont commencé à découvrir le montage sur smartphone -et le plaisir qu’il procure- mais qui se disent que le travail doit quand même être plus confortable sur un ordinateur, avec une souris et un grand écran et une grande timeline ! Restons prudent quand même. Rush est bien un outil de montage simplifié et cross plateform, avec des effets de transition, du titrage animé (des « synthés ») de l’audio, etc. et il devrait être disponible d’ici la fin de l’année, après l’événement Adobe Max programmé pour octobre. Mais on en sait guère plus sur ses possibilités. En particulier sur le nombre de pistes qu’il sera à même de gérer. Si certains mettent en avant ses « tiers inférieurs » animés, conçus avec After Effects et qui donneront aux YouTubers amateurs une étiquette carrément pro, d’autres présentent surtout l’appli comme un outil grand public, basique avec des fonctions d’habillage un peu sophistiqué, d’abord concurrent d’iMovie. Certes, Adobe semble avoir  prévu une compatibilité des projets de Rush avec Adobe Premiere Pro. Mais on ne sait rien non plus de son modèle économique. S’il est lié en partie à l’écosystème Creative Cloud (Adobe met par exemple en avant l’utilisation des « footage » Adobe Stock) et s’il offre bien la possibilité de stocker les projets dans le nuage, comme cela semble être le cas, plutôt qu’en local sur les appareils, il ne serait guère surprenant qu’Adobe opte une fois encore pour un modèle payant par abonnement…

Laurent Clause

Laurent Clause

Je suis journaliste par vocation, spécialiste des nouvelles technologies depuis la fin des années 80, tout particulièrement de celles liées à la création et à la communication. Réalisateur via ma société Milledix, je suis aussi formateur : à Gobelins l'Ecole de l'Image, à Sciences Po Paris, pour le groupe CapCom ou ma société Milledix, j'enseigne l'écriture audiovisuelle, le montage avec FCP X ou Adobe Premiere Pro et surtout la vidéo-mobile (tournage et montage sur smartphone).

1 commentaire

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.