Audio

Boya BY-BM3031 : bon micro canon pas cher

Le micro Boya BY-BM3031 est un bon compagnon pour la vidéo-mobile et le vlogging, vendu deux fois moins cher que le Rode VideoMic Pro.

Le micro canon Boya BY-BM3031Le moyen le plus simple de prendre un bon son, c’est le micro directionnel de type cardioïde. Ce qu’on appelle plus communément un « micro canon ». Et ce, aussi bien pour les plans d’illustration en reportage -où le son n’est pas qu’accessoire- que pour les interviews à distance raisonnable. Dans le domaine, le Rode VideoMic Pro a fait référence pendant des années. Les plus exigeants lui préfèrent aujourd’hui le VideoMic Pro+ ou son concurrent le Deity D3-Pro. Mais à moins de 150 €, le VideoMic Pro historique tient encore la route. Il continue de séduire les vidéastes mobiles au budget limité. Ce Boya BY-BM3031 en est un concurrent direct, vendu deux fois moins cher.

Vous avez dit « canon » ?

Se fiant bêtement au traducteur automatique, certains sites marchands présente le Boya BY-BM3031 comme destiné « aux fusils de chasse » ! Interrogez Google, vous verrez ! Il s’agit en réalité d’un « shotgun » (un micro « canon » en français) de type super-cardioïde, avec des caractéristiques proches du Rode VideoMic Pro. Deux piles AA pour l’alimenter, trois réglages de gain (-10, 0 et +20 dB) et un filtre passe haut en option. Avec en plus une prise casque pour écouter le son en entrée. Ça permet de vérifier que le micro fonctionne… Mais attention : ça ne remplace pas le « monitoring audio » en sortie pour vérifier ce qui va vraiment être enregistré.

Petit rappel

Pour cela il faut que le DSLR propose une prise casque. Ou, si comme moi, vous utilisez le micro avec des smartphones, un adaptateur de type « splitter » (Rode SC6 ou SC6-L) pour brancher casque et micro en même temps. Et en prime une appli caméra qui permet le monitoring audio (Filmic Pro, Mavis, CityPro, MoviePro, etc.). J’ai l’impression parfois de répéter les mêmes trucs, mais je découvre encore trop de personnes qui n’ont toujours pas intégré ces principes élémentaires du MoJo… Et puisqu’il se destine d’abord aux DSLR, le canon de Boya se branche avec un connecteur TRS. Un adaptateur TRS/TRRS sera donc indispensable pour l’utiliser sur un smartphone. Là encore, je me répète !

Un dead cat dans la boîte

Le BM3031 est monté sur un berceau en plastique semi rigide et vissé. Là ou celui du VideoMic Pro est en caoutchouc avec des points d’attache simplement coincés à la base du micro. Et ces derniers ont tendance à se décrocher quand le micro voyage à l’étroit avec d’autres accessoires. Avantage au Boya, équipé d’une bonnette en mousse classique, mais livré en plus avec une rycote (le bonnet poilu appelé aussi « dead cat » ou « chien ») pour atténuer le vent en extérieur. C’est un détail d’importance quand on sait que Rode vend ce « dead cat » séparément, en option, pour ses VideoMic Pro. La rycote du Boya n’est d’ailleurs pas simple à enfiler par dessus la bonnette basique qu’elle écrase et déforme quand on la laisse en place plusieurs heures. Heureusement, une fois libérée, la mousse de la bonnette retrouve sa forme au bout d’une journée.

Mon conseil

Avec ce type de micro, en intérieur avec peu de bruit ambiant, j’ai pris l’habitude de pousser le gain à +20 dB. Et de filmer avec le téléobjectif (50 mm) de mes iPhones. Cela pour réaliser des « sonores » que j’utilise comme respiration en illustration dans mes reportages. Je peux ainsi me tenir à plus de 2 mètres des sujets et les filmer en plans relativement serrés tout en donnant l’impression d’avoir placé un micro au plus près d’eux. C’est ainsi que j’avais filmé (et pris le son) de deux comédiennes en herbe enregistrant, en studio, les dialogues de la série Petit Ours Brun. Il n’était pas possible de les équiper de micro, ni de venir leur coller mon smartphone sous le nez pendant qu’elles jouaient les dialogues. Pour bien faire, il faut bien sûr « monitorer » le son en sortie et ajuster le gain dans l’application caméra si besoin (Filmic Pro dans mon cas) pour éviter de saturer.

On peut faire évidemment la même chose avec le Boya BY-BM3031… qu’on trouve à moins de 100 € un peu partout.

Laurent Clause

Laurent Clause

Journaliste par vocation, spécialiste des nouvelles technologies depuis la fin des années 80, je suis devenu réalisateur d'images et formateur, formateur vidéo smartphone en particulier. J'interviens avec ma société Milledix ainsi notamment qu'à Gobelins l'Ecole de l'Image, Sciences Po Paris et pour le groupe CapCom. J'enseigne l'écriture audiovisuelle, le montage avec FCP X ou Adobe Premiere Pro, et je forme à la vidéo-mobile, au MoJo (mobile journalism), au tournage avec Filmic Pro, Open Camera ou autres et au montage notamment avec LumaFusion, Adobe Rush et Kinemaster.

2 Commentaires

  • karkaf dit :

    Bonjour,
    Merci pour le test, très intéressant comme pour tout le reste du site, d’ailleurs!
    Une petite question: est-ce que le câble jack est détachable? (histoire d’éviter un adaptateur pour passer du smartphone au reflex — d’autant que j’ai un reflex avec entrée 2,5 mm…)

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.