A la uneGénéralitésGlossaire

Qu’est-ce qu’un transfert de point ?

Au premier plan, on distingue une amorce floue de couleur orange, en arrière plan, net, quelqu’un qui mange. Puis, en une seconde, la mise au point s’inverse : le mangeur en arrière plan est devenu flou et l’on découvre une clémentine en très gros plan, nette, au tout premier plan. C’est ce qu’on appelle un transfert de point, action optique esthétique, et grand classique du plan d’illustration.

Présente dans de très nombreux reportages, mêmes les plus courts (au point de se demander parfois si les JRI télé n’ont pas l’obligation contractuelle de produire un transfert de point dans chaque sujet !) cette opération consiste simplement à changer la zone de mise de point tout en filmant. Sur une caméra, cela se fait traditionnellement de façon manuelle en tournant la bague de mise au point. Ce qui opère un transfert fluide. Sur un smartphone, cette fluidité est quasi impossible à obtenir avec l’application appareil-photo/caméra native : toucher l’écran pour indiquer la zone où l’on veut faire la netteté provoque souvent un à coup de la mise au point sur iPhone. Ou pire : sur la plupart des Android on assiste souvent à un « pompage » de focus, brève période d’hésitation durant laquelle l’autofocus semble faire un aller retour du flou au net, avant de caler sa netteté sur la zone que l’on a touchée. Inexploitable ! Heureusement, des applis caméra s’en sortent mieux que les applis natives. Imagemaker dans sa version iOS par exemple, qui transfère plutôt correctement le focus du premier à l’arrière plan.

L’idéal reste évidemment d’utiliser une appli caméra pro -débrayable en mode manuel- comme comme Mavis (iOS), Open Camera (Android) ou Filmic Pro (iOS/Android) et d’utiliser, avec le pouce, leur mollette ou curseur de mise au point. Pour réussir parfaitement le transfert de point, il est conseillé d’activer, sur les applications qui en ont la possibilité, le focus peaking, mode d’affichage particulier qui surligne en couleurs le contour des zones nettes. La plus douée reste Filmic Pro qui peut aussi réaliser un transfert de point motorisé, en mémorisant les deux valeurs de focus, et en passant de l’une à l’autre à la vitesse qu’on a préalablement réglée.

Laurent Clause

Laurent Clause

Journaliste par vocation, spécialiste des nouvelles technologies depuis la fin des années 80, je suis devenu réalisateur d'images et formateur, formateur vidéo smartphone en particulier. J'interviens avec ma société Milledix ainsi notamment qu'à Gobelins l'Ecole de l'Image, Sciences Po Paris et pour le groupe CapCom. J'enseigne l'écriture audiovisuelle, le montage avec FCP X ou Adobe Premiere Pro, et je forme à la vidéo-mobile, au MoJo (mobile journalism), au tournage avec Filmic Pro, Open Camera ou autres et au montage notamment avec LumaFusion, Adobe Rush et Kinemaster.

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.