AccessoiresMachinerie

Leeventi : que vaut un prompteur à moins de 50 € ?

L’objet n’est plus réservé aux plateaux TV : en marge des applications prompteurs pour smartphone, la marque Leeventi en propose un vrai pour moins de 50€. Ça méritait un test !

Leeventi est en train de se positionner comme le leader du prompteur d’entrée de gamme, avec des solutions à partir de 50€ et différents accessoires. Le téléprompteur « minimaliste » que j’ai commandé est le Leeventi 4.0. La chose est livrée dans une grosse enveloppe cartonnée, à monter soi-même en suivant un tuto sur YouTube. Au menu : un voile noir, quelques pinces, deux grandes armatures en plastique, un morceau de plexiglass réfléchissant et des plaques semi-rigides percées pour se fixer sur un trépied ou visser un DSLR ou un grip et un smartphone. Le tout se monte en quelques minutes. Mais la chose assemblée est un peu compliquée à fixer sur un trépied, dont la vis de la semelle est tout juste assez longue pour atteindre le gros écrou de fixation fourni. Curieux que le fabricant ne s’en soit pas rendu compte.

Des erreurs de conception

Leeventi livre aussi un grip (bas de gamme) dans l’enveloppe, pour utiliser un smartphone en guise de caméra derrière le plexi réfléchissant. Hélas, le positionnement du grip a été mal pensé car le seul trou décalé prévu dans la plaque à l’attention du grip ne permet pas de centrer réellement l’objectif d’un smartphone. J’ai essayé avec plusieurs, rien à faire. Résultat, quand on allume l’appli caméra du smartphone, on voit un bout du voile noir dans le côté gauche du cadre. La seule façon d’y remédier, c’est d’utiliser l’objectif x2 du smartphone ou de zoomer. Enfin, une fois la chose en place, on réalise qu’elle n’est pas faite pour être démontée. On peut certes, décrocher le voile noir, qui ne tient en place qu’avec quelques pinces. Mais envisager d’extraite le plexi (qu’il vaut mieux ne pas trop toucher au risque d’y laisser des traces de doigt) et défaire la structure est un peu hasardeux. Le stockage dans un carton est recommandé.

Logiciel minimaliste

Reste la question logicielle. Pour faire défiler le texte sous le plexiglass réfléchissant, il faut un second smartphone ou une tablette (format 10 pouces maxi) posée à plat sur la base. Avec un code fourni dans l’enveloppe, on se connecte au site voice-teleprompter.com qui n’est autre qu’un prompteur en ligne… et le cœur du business ! Si ce prompteur Leeventi ne coûte que 50€, l’abonnement à la plateforme ou à l’application téléchargeable qui l’accompagne (pour Android ou iOS) revient à près de 40€/an. La première année d’utilisation est offerte avec l’appareil.

Je n’ai testé que le logiciel en ligne, accessible depuis un navigateur. Il n’est conçu que pour coller un texte dans sa fenêtre, impossible d’importer un fichier. On peut régler la taille et la vitesse de défilement des caractères et inverser l’image pour projeter dans le bon sens le texte défilant. Il est malheureusement compliqué, voire impossible au delà de 1000 signes, d’éditer et de corriger le texte collé. Mieux vaut donc prévoir donc un texte sans erreur ! L’application (Android, iOS) offre un peu plus d’options. Elle s’utilise gratuitement pour des textes de moins de 1000 signes. Enfin pour piloter le prompteur logiciel, une petite télécommande Bluetooth fournie (à pairer avec le smartphone ou la tablette) permet de déclencher/stopper la lecture et remettre le texte au début. Une pédale (à 24 €) est aussi disponible en option pour contrôler le défilement du texte au pied.

En résumé

Cette solution est loin d’être parfaite. Mais pour 50€, peut-on en attendre vraiment plus ? Au final, cela fonctionne, comme vous avez pu le voir dans la vidéo. Compte tenu de la petite taille du dispositif et de l’apparente fragilité de sa structure, son utilisation avec un DSLR (ou une caméra) fixé sur un second trépied à l’arrière est un autre tour de manches. Selon le volume de la caméra, il peut être nécessaire de démonter la plaque supérieure, celle prévue pour soutenir le grip et le smartphone. Contraignant, certes, mais là encore, pour un prix sans commune mesure avec celui de n’importe quel équipement professionnel. Si vous utilisez seulement un smartphone, vous avez, bien sûr, la possibilité d’utiliser seulement une application caméra/prompteur, encore moins chère. Mais ce type d’application fonctionne uniquement avec la caméra selfie qui oblige à se tenir à très courte distance de l’écran… et ne génère pas de léger flou en arrière plan.

Dans tous les cas, comme je le dis en conclusion dans la vidéo, le prompteur est un faux ami : il ne fait absolument pas « digérer » un long texte écrit. Pour bien l’utiliser, le plus compliqué reste la rédaction d’un speech qui sonne « parlé ». C’est un style particulier.

Laurent Clause

Laurent Clause

Journaliste par vocation, spécialiste des nouvelles technologies depuis la fin des années 80, je suis devenu réalisateur d'images et formateur, formateur vidéo smartphone en particulier. J'interviens avec ma société Milledix ainsi notamment qu'à Gobelins l'Ecole de l'Image, Sciences Po Paris et pour le groupe CapCom. J'enseigne l'écriture audiovisuelle, le montage avec FCP X ou Adobe Premiere Pro, et je forme à la vidéo-mobile, au MoJo (mobile journalism), au tournage avec Filmic Pro, Open Camera ou autres et au montage notamment avec LumaFusion, Adobe Rush et Kinemaster.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.