A la uneApplicationsGénéralitésTechniques

25, 30 fps ou plus : à quelle vitesse faut-il tourner ?

fps

Android, iOS ou Windows Phone, quel que soit le système de votre smartphone, son appli caméra native filme par défaut en 30 images par seconde. Cela convient généralement si vous souhaitez poster vos vidéos sur le Web. Mais si vous comptez monter les images filmées au smartphone avec celles d’autres caméras professionnelles, vous aurez quelques problèmes. Explications.

Dégainez votre smartphone, lancez sa caméra et filmez sans autres réglages : vos images sont enregistrées à la cadence de 29,97 images par seconde, arrondie à 30  par commodité de langage (ou 30 fps pour 30 « frames per second »). Tout simplement parce que c’est la vitesse de diffusion du NTSC, le standard pour les vidéos en vigueur outre-Atlantique ainsi qu’au Japon. Mais cette vitesse n’est pas universelle. Le cinéma (sur grand-écran) tourne, historiquement, à la cadence de 24 i/s (ou 24 fps) tandis que la télévision européenne diffuse en PAL à 25 i/s. A l’œil nu, vous ne constatez pas de différences : à partir de 20 images/s les images nous paraissent nettes et fluides, et l’œil n’est pas assez affuté pour distinguer 5 images de plus ou de moins en 1 seconde. Mais si vous essayez de monter dans le même film des images filmées avec des « framerates » différents vous aurez de désagréables surprises. Parfois avec des images qui saccaderont, mais plus souvent avec le son dont la vitesse de diffusion vous semblera altérée. Si vous filmez la même scène en « multicam », avec des smartphones enregistrant à des vitesses différentes, vous aurez les pires difficultés à les synchroniser au montage. Une scène de 1 minute filmée en 30 fps comptera en effet 300 images de plus que celle filmée en 25 i/s.

Alors à quoi bon nous proposer de filmer à 60 fps, 120 ou même 240 fps ? C’est que plus l’appareil filme d’images par seconde, plus elles semblent fluides à la lecture. Wikipedia explique ainsi très bien que « si le nombre d’images par seconde au moment de la projection est supérieur à celui du tournage, on obtient un accéléré. Tandis qu’à l’inverse, si le nombre d’images par seconde au moment de la projection est inférieur à celui du tournage, on obtient un ralenti.» Quand les caméras sont en mesure de filmer 240 images par seconde ou plus encore, on peut du coup obtenir des ralentis d’une fluidité tout simplement bluffante.
Démonstration en images ci-dessous.

Mais il y a une contrepartie à ces « framerates » élevés : la lumière nécessaire ! Plus vous augmentez le nombre d’images enregistrées, plus vous avez besoin de lumière. Nous avons ainsi du attendre une fin de matinée  -et un soleil de novembre virtuellement au zénith- pour profiter d’assez de lumière. Et nous avons notre lapin à contribution et l’avons filmé avec une GoPro Hero 5 à 240 fps en 720p (1280 x 720). Puis nous avons ralenti la scène à 10% de la vitesse initiale. Voilà le résultat.

Ce qu’il faut retenir ?
• Si vous voulez filmer pour le Web, peu importe la vitesse : 24, 25, 30, 60 ou plus, tout ira… sauf si vous filmez sous des néons ! Notre électricité « balayant » à la fréquence de 50 Hz (au lieu 60 Hz aux Etats-Unis), il est indispensable de filmer en  25 i/s (50/2) : si vous filmez en 30 i/s vous verrez parfois de vilains balayages sur vos images . C’est systématique avec une GoPro… incapable de filmer en 25 i/s, et à réserver donc pour les images en extérieur !
• Si vous souhaitez faire de beaux ralentis sans « motion blur » (flou de mouvement) vous devrez choisir des vitesses élevées (120 ou 240). Mais attention : celles-ci augmentent considérablement le poids des fichiers.
• Si vous filmez pour une diffusion télé, ou en souhaitant plus tard mélanger vos images avec celles de vraies caméras, vous devrez tourner en 25 i/s pour évites les soucis de synchronisation.
• Si vous utilisez Filmic Pro, nécessaire pour filmer autrement qu’en 30 ou 60 i/s comme le fait votre appli caméra native, faites attention : par défaut, cette appli pro tourne en 24 i/s !

Pour compléter ce petit sujet, écoutez donc le 5ème épisode du podcast Vidéo-Mobile !

Laurent Clause

Laurent Clause

Je suis journaliste par vocation, spécialiste des nouvelles technologies depuis la fin des années 80, tout particulièrement de celles liées à la création et à la communication. Réalisateur via ma société Milledix, je suis aussi formateur : à Gobelins l'Ecole de l'Image, à Sciences Po Paris, pour le groupe CapCom ou ma société Milledix, j'enseigne l'écriture audiovisuelle, le montage avec FCP X ou Adobe Premiere Pro et surtout la vidéo-mobile (tournage et montage sur smartphone).

3 Commentaires

  • Simon GIRAUD dit :

    Bonjour Laurent, dans l’appli filmicpro je n’arrive pas à sélectionner au delà de 30is.

    Mon appareil est un iphone5S

    Existe -il une solution ?

    Merci à toi

    • Simon, la vitesse maximale accessible dans Filmic Pro dépend des capacités processeur du smartphone et de la résolution choisie. En Full HD, mon iPhone 7 plafonne à 120 fps. Il tombe à 30 fps si je veux filmer en 4K et monte en 240 fps si je choisis de filmer en 720p. Bref ton 5S sorti en 2013 commence à se faire un peu vieux. Ainsi va la course effrénée aux technos.

      • Simon GIRAUD dit :

        Merci pour ton retour. En clair ou tu choisi un ralenti propre ou une belle définition 🙂

        J’ai commandé et reçu le micro cravate avec possibilité d’avoir un retour. Impec
        Je n’ai pas retrouvé dans mes notes du Mooc les formats utilisé pour la diffusion. Perso je monte avec screenflow 6

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.