A la uneAccessoiresSupport

Avec ou sans stabilisateur ?

Dji Osmo MobileFeiyu Tech G4 ou SPG Plus, Zhiyun Z1, Lanparte et tant d’autres, il n’y en a que pour les stabilisateurs depuis quelques mois. Certes, ils produisent parfois de belles images, notamment au ralenti. Mais au quotidien, ces poignées à gyroscopes sont-elles vraiment indispensables pour filmer sans trop bouger ? Je ne suis certes pas le dernier à les utiliser, mais j’ai aussi émis l’idée il y a quelques mois que ces gimbals ne seraient, à terme, plus très utiles puisque les smartphones stabilisent eux-mêmes de mieux en mieux leurs images.

Pour commencer, je me suis livré à un petit test avec deux smartphones de référence -le Samsung Galaxy S7 et l’iPhone 7 Plus- avec lesquels j’ai effectué successivement 3 travellings avant :

  • le 1er avec un simple grip mono-poignée Shoulderpod S1 en désactivant la stabilisation logicielle dans Filmic Pro,
  • le 2ème avec le même grip mais en ayant activé la stabilisation logicielle dans Filmic Pro,
  •  le 3ème toujours avec la stabilisation logicielle mais en plus avec un gimbal (un stabilisateur mécanique), de type Lanparte HHG-01 pour le Samsung Galaxy S7 et de SPG Plus Feiyu Tech pour l’iPhone 7,
  • et enfin un essai final supplémentaire avec l’iPhone 7 et le stabilisateur SPG Plus encore, mais en filmant à 120 fps et en ralentissant à 25% la vitesse. Comme ça, juste pour le plaisir. Verdict en images :

Indubitablement (j’adore ce mot!), c’est mieux avec la stabilisation logicielle d’une part, et un stabilisateur mécanique en plus. Mais pour avoir filmé durant plusieurs mois sans gimbal, je me permets d’affirmer qu’on peut stabiliser assez correctement, et même en interview en solo, dès lors qu’on utilise un grip à double poignées, comme le Shoulderpod R1 Pro (ci-contre). Pour le démontrer, j’ai profité des pas de vis au sommet de mon SPG Plus pour y accrocher un bras magique avec au bout un grip tout ce qu’il y a de plus basique afin de supporter un second smartphone. A l’intérieur du stabilisateur, j’ai installé un iPhone 6S Plus et au dessus du portique, au bout du bras magique, un iPhone 7 Plus, seulement stabilisé par lui-même, tout en profitant du  portique à double-poignées du SPG Plus, qui selon moi, atténue grandement les mouvements. Le setup est en haut de cette page, au début de l’article. Avec lui, en avant pour quelques travelings et panoramiques supplémentaires. Le résultat, en images ci-dessous.

Mon avis -et je sais que tout le monde ne le partage pas- c’est que le stabilisateur n’est pas essentiel, surtout pour les journalistes mobiles. C’est plus confortable, cela fait des images plus léchées -pour la pub ou le cinéma-, mais ce n’est pas plus indispensable qu’un iPhone -plutôt qu’un Android de milieu de gamme- pour réaliser des films pro. Sean Baker a réalisé Tangerine avec des Steadycam Smoothee à contrepoids aujourd’hui dépassés. Et on oublie dès le début du film la caméra qui bouge, parce qu’il y a une vraie histoire et des gens… Mieux vaut des images qui bougent mais un propos, que des images stables et léchées… sans fond.

Laurent Clause

Laurent Clause

Je suis journaliste par vocation, spécialiste des nouvelles technologies depuis la fin des années 80, tout particulièrement de celles liées à la création et à la communication. Réalisateur via ma société Milledix, je suis aussi formateur : à Gobelins l'Ecole de l'Image, à Sciences Po Paris, pour le groupe CapCom ou ma société Milledix, j'enseigne l'écriture audiovisuelle, le montage avec FCP X ou Adobe Premiere Pro et surtout la vidéo-mobile (tournage et montage sur smartphone).

1 commentaire

  • SebyRollins dit :

    Bravo pour la conclusion, elle fédérera la plupart d’entres nous 🙂 Et merci pour ce test dont les images ne mentent pas. Cependant, je ne partage pas tout à fait ton interprétation sur le rendu des images. Le résultat est à mes yeux nettement meilleur avec la stabilisation mécanique.

    Là où je te rejoins, c’est sur le fait que pour du journalisme mobile, il n’est pas nécessaire, voir contre productif d’avoir ce type d’images lechées : on s’encombre de matériel, on manque d’agilité sur le terrain, pour, au final, produire des vidéos dont le contenu prime sur la forme. Cela peut aussi nuire à la sincérité du discours en faisant trop « pub » ou « chiadé ».

    Cependant, il y a quelques contre exemples notables: un stabilisateur mécanique peut permettre de réussir un beau live Facebook (au autres) en mixant ballades, interviews, et prise d’ambiances dans une optique plus « mag » que news (exemple : https://www.facebook.com/cnetfrance/videos/10153602177814149/)

    Pour finir, le test en courant est un peu biaisé à mon goût. Courir avec les 2 mains solidarisés n’ai pas très aisés ! J’ai moi-même tester un stabilisateur mécanique (à une seule poignée) en courant avec une seule main, et en prenant le soin de bouger le moins possible, et les résultats sont bcp plus concluant (voir ici : https://www.youtube.com/watch?v=jbJtZk3ZXvk).

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.